Jean-François Portarrieu
Député du Nord toulousain
(Haute-Garonne)

Intervention au débat sur les fonds d'aide au développement internationaux


Mardi 16 janvier, je suis intervenu dans l'Hémicycle en tant qu'orateur du groupe Horizons dans le cadre du débat sur les fonds d'aide au développement internationaux.

Les fonds d’aide au développement internationaux, autrement dénommés “aide publique au développement”, représentent l’ensemble des financements fournis par les Etats des pays les plus favorisés dans le but exprès de promouvoir le développement économique et d’améliorer les conditions de vie dans les pays en développement listés par l’OCDE.

J’ai défendu l’idée d’une réforme du financement du développement pour y associer les capitaux privés, d’un accroissement des ressources nécessaires et d’un renforcement de l’évaluation d’impact des fonds d’aide versés par la France.

Retrouvez ci-dessous la vidéo et le texte de mon intervention :

video-play-icon

Madame la Ministre, Madame la Présidente, chers collègues.

La politique de développement et de solidarité internationale est un outil précieux pour accompagner les pays les plus vulnérables. Mais elle ne peut être réalisée sans financement durable. C'est pourquoi l'action des fonds d'aide au développement internationaux se doit d'être cohérente, soutenue et crédible afin d'en garantir la soutenabilité. Il y a d'abord un enjeu de cohérence. Les financements font intervenir une multitude d'acteurs, autant de gouvernements, de collectivités, d'ONG, d'entreprises, de banques et d'institutions internationales. Ils ont recours à une grande diversité d'outils : les dons, les prêts à taux préférentiels, les subventions, les allégements de dettes et les investissements directs. À cela s'ajoutent des objectifs de développement toujours plus exhaustifs, définis par les Nations Unies pour la période 2015 2030 : la lutte contre la pauvreté et les inégalités, la promotion de la paix, de la justice, la protection de la biodiversité, du climat ou encore la garantie d'une éducation de qualité et d'une santé pour tous. Faire preuve de cohérence, c'est renforcer notre capacité à faire interagir et travailler ensemble ces acteurs pour accomplir une feuille de route commune. C'est ce que permet, dans une certaine mesure, l'Agenda 2030 fixé par les Nations Unies. Mais cela doit se faire aussi par la réforme du financement du développement afin d'associer les capitaux privés à ces objectifs. À ce titre, les différentes initiatives lancées et confirmées lors du “Sommet pour un nouveau pacte financier Mondial” doivent permettre d'orienter les financements privés et publics vers des objectifs de développement commun. Notre cohérence doit enfin passer par la coordination de notre action au niveau européen. Mais au-delà de la mise en cohérence des fonds d'aide au développement, c'est une véritable montée en puissance qu'il faut engager. Cela a été rappelé au Sommet de Paris en juin dernier. Nous avons besoin d'une impulsion financière et de plus de ressources pour aider les populations à sortir de la pauvreté tout en protégeant la planète. Cela doit se faire en partie grâce aux capitaux privés certes, mais aussi par une augmentation significative de l'aide publique au développement des pays les plus prospères. La France y a pris toute sa part puisque l'aide française s'élève désormais à plus de 15 milliards d'euros, en augmentation constante depuis plusieurs années, ce qui équivaut à la 4ème place des pays donateurs de l'OCDE, comme cela a été rappelé par un orateur précédent. Enfin, pour relever ces défis, il ne suffit pas seulement de mobiliser des ressources financières, il faut aussi s'assurer que ces ressources sont utilisées de manière efficace, transparente et responsable. C'est pourquoi nous devons renforcer l'évaluation d'impact de nos fonds d'aide au développement. L'évaluation d'impact est un outil indispensable pour rendre des comptes à nos concitoyens qui financent l'aide au développement par leurs impôts, mais également à nos partenaires dans les pays en développement qui doivent être associés à la conception, à la mise en œuvre et au suivi de nos projets .Le Parlement et les experts de la politique de développement doivent y prendre toute leur part. Aussi le groupe Horizons est convaincu de la nécessité de rendre effective la commission d'évaluation prévue par la loi du 4 août 2021. Il s'agit de renforcer la transparence de ces aides, mais aussi d'en améliorer l'efficacité. L'évaluation d'impact permet ainsi de vérifier si nos objectifs sont atteints, d'identifier les facteurs de succès ou d'échec et de tirer des enseignements pour améliorer nos pratiques. Mes chers collègues, la responsabilité des fonds d'aide au développement internationaux est considérable. Ils ne représentent pas seulement un investissement pour l'avenir dans les pays concernés, ils sont aussi une expression de nos valeurs, de notre solidarité et de notre responsabilité. C'est pourquoi nous devons les augmenter, les réformer et les évaluer afin de contribuer à la réalisation des objectifs de développement durable et de construction d'un monde plus juste et plus durable.


Articles similaires

Derniers articles

Mon intervention sur l'amélioration des critères de reconnaissance de l'état sécheresse et de l'indemnisation des sinistrés

21 Mai 2024

Six mois après avoir alerté le Gouvernement sur la situation de nombreuses habitations dans le Nord toulousain touchées par la sécheresse et quelques semaine...

Visite du domaine viticole et arboricole Château Binest à Bouloc

06 Mai 2024

Début mai, à Bouloc, j'ai rendu visite à Jean-Pierre Henry, agriculteur très impliqué au Château Binest, exploitation familiale dédiée à l'arboriculture...

En immersion avec les unités spécialisées de la Gendarmerie

16 Avr 2024

Mi-avril, j'ai effectué une immersion nocturne avec les gendarmes de Haute-Garonne au sein de 2 unités spécialisées de la Gendarmerie. Régulièrement pré...

Visite du "Couturier du Mobilier", maître-artisan à Gagnac

15 Avr 2024

Le 15 avril, c'est dans son atelier situé à Gagnac-sur-Garonne que j'ai rencontré, en compagnie de Michel Simon, maire de la commune, Vincent Paraud, maî...

A Bouloc auprès des propriétaires d'habitations victimes de sécheresse

13 Avr 2024

Dans plusieurs régions, la canicule estivale assèche les sols et fissures de nombreuses habitations. Devant la répétition de ce phénomène climatique, les...

Décision positive de l'Etat suite à ma Question Orale au Gouvernement sur la reconnaissance d'intérêt national pour les projets aéronautiques dans le cadre de la loi ZAN

10 Avr 2024

Le 27 février 2024 en séance des Questions Orales sans débat au sein de l’Hémicycle, j’ai interrogé M. Patrice Vergriéte, Ministre délégué auprès du Ministre...

A l'inauguration de l'école Jean de La Fontaine à St-Jory

02 Avr 2024

Le 29 mars, à l'invitation du maire de Saint-Jory, Victor Denouvion, j'ai assisté à l'inauguration de l'école élémentaire Jean de La Fontaine et de son ...

Catégories

Réalisation & référencement Création de site internet de politique

Connexion