En circonscription

Invité à la Fête de l’Europe à Saint-Alban, le 9 mai, par les membres du comité de jumelage et son Président, Serge Laborderie, j’ai partagé un moment d’échanges avec plusieurs élus et acteurs locaux de la construction européenne dont le Consul général d’Espagne à Toulouse.

J’ai également profité de cette cérémonie pour lancer les consultations citoyennes, souhaitées par le Président de la République.

► Retrouvez ci-dessous l'intégralité de mon discours :

" Je suis très heureux d’être à Saint-Alban pour célébrer avec vous cette Journée de l’Europe.

Je salue Monsieur le maire, cher Raymond-Roger.

Je salue également Monsieur le Consul général d’Espagne.

J’adresse mes félicitations aux élèves des écoles de Saint-Alban et à leurs enseignants pour leur mobilisation.

Et je remercie tout particulièrement Serge Laborderie et l’équipe du comité de jumelage, acteurs inlassables de la construction européenne.

Une construction européenne qui traverse un moment difficile, un moment de division avec le Brexit, un moment où des doutes naissent dans plusieurs pays européens. Ce n’est donc pas le moment de faiblir !

Dans ce contexte, en effet, des égoïsmes nationaux semblent parfois plus importants que ce qui nous unit face au reste du monde, face à l’émergence de grandes puissances autoritaires… Cette montée des nationalismes menace ce que nous avons de plus cher en Europe… La paix !

Comme la plupart d’entre nous, j’appartiens à une génération qui n’a pas connu la guerre. Mais je n’oublie pas que la paix est le produit de la démocratie.

Ce modèle démocratique européen, respectueux de l’individu, des minorités, de l’égalité entre les hommes et les femmes, garant des droits fondamentaux… N’oublions pas que son abandon a précipité notre continent vers le gouffre, il y a soixante-dix ans !

Ce modèle démocratique qui rassemble les Européens est unique au monde. L’identité de l’Europe, c’est plus qu’une démocratie soucieuse de liberté car c’est une culture unique, qui combine cette passion de la liberté, le goût de l’égalité, l’attachement à la diversité des idées, des langues, des paysages.

Ce modèle démocratique européen n’est ni abstrait, ni daté. Il s’incarne aujourd’hui dans notre attachement commun à la protection de l’environnement, du climat, de la santé. Il se développe dans notre approche du numérique où seuls les Européens sont autant attachés à la liberté d’innovation comme à la juste régulation et à la protection de leur vie privée.

Face à la montée des nationalismes, à cet autoritarisme qui partout nous entoure, la réponse n’est surtout pas à chercher dans la démocratie autoritaire. La bonne réponse, la seule réponse, c’est l’autorité de la démocratie.

Nous vivons donc un moment qui rend notre responsabilité encore plus grande. Nous devons faire vivre cette démocratie européenne… au fond si jeune et donc encore fragile.

C’est dans cet esprit que le Président de la République a proposé aux collectivités locales, aux associations, aux fédérations professionnelles, aux syndicats, aux universités et tant d’autres… d’organiser des consultations citoyennes. Une consultation démocratique inédite, reprise dans les 27 Etats membres, qui concerne 430 millions de citoyens !

En donnant la parole aux citoyens, jusqu’au mois d’octobre, il s’agit de savoir quelle Europe nous voulons ?

Il s’agit de débats francs, ouverts, peut-être rugueux et difficiles, mais qui sont indispensables pour savoir ce qui rassemble et sépare…

Pour sortir de l’alternative simpliste du oui ou non à cette Europe qui est et reste la nôtre.

Ce débat vous appartient ! Il permettra, j’en suis sûr, de renforcer la nécessaire souveraineté européenne.

Je crois que défendre l’idée européenne, ce n’est pas défendre une idée abstraite, une dilution de nos propres souverainetés…

Face aux grands bouleversements du monde, aux grandes transformations, nous avons besoin d’une souveraineté plus forte que la nôtre, complémentaire et pas de substitution, qui seule permettra d’apporter les bonnes réponses face aux grandes migrations, à l’insécurité planétaire, aux transformations économiques, sociales et environnementales.

Je suis convaincu que c’est cette souveraineté européenne que nous devons renforcer, celle d’une Europe protectrice et efficace.

Celle qui offre au monde un espace unique de stabilité et de sécurité.

Celle, enfin, d’une Europe unie au service du progrès et de la solidarité et… de la paix.

Je vous remercie. "


Articles similaires

Réalisation & référencement Création de site internet de politique

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.